Berlinische Galerie : Une leçon d'art et d'histoire à Berlin


Je regrette souvent lors de mes visites au musée le manque d'éléments explicatifs permettant de restituer le travail de l'artiste dans son contexte - tout spécialement à Berlin où je ne maîtrise pas (encore) sur le bout des doigts l'histoire de la ville et de son pays - mais c'était avant de tomber sur la Berlinische Galerie dans le quartier de Kreuzberg !

Cette galerie d'art moderne possède une magnifique collection d'oeuvres d'art allemande, parfaitement accompagnée de longs commentaires qui retracent le parcours historique et artistique de Berlin. La visite démarre avec de somptueux tableaux du 19e siècle à l'époque où s'affrontaient conservateurs et réformistes au sein d'une Prusse, on s'en doute, très peu rurale et encore moins féminisée. A travers l'impressionnisme, le symbolisme mais aussi le naturalisme et le pointillisme, les artistes du début du siècle se soulèvent contre cette rigueur conservatrice. 

Dans la foulée, la capitale du Reich devient la plaque tournante de l'art moderne à travers le monde, de plus en plus de collectionneurs et de galeries d'arts assurant la promotion d'un art moderne et avant-gardiste. C'est particulièrement le cas après la catastrophe de la première guerre mondiale où un groupe de jeunes artistes révolutionnaires s'allient en réponse à la révolution de Novembre, et organisent plusieurs grands événements pour promouvoir l'art et la musique contemporaine, des projections ainsi que le début de la photo d'art. Pendant la République de Weimar, jeune démocratie encore immature, le courant de la Nouvelle Objectivité explose et met en lumière des portraits précis et des scènes de vie hautement symboliques, rarement dépourvues de critiques sociales. 

 Malheureusement, c'était sans compter la montée du nazisme du début des années 30. Quand les nationaux-socialistes prennent le pouvoir en 1933, l'oeuvre des juifs et des opposants au régime sont mis au ban de la société, au profit des créations des "Aryens" censées purifier l'art allemand. Nombre d'artistes considérés comme indésirables et "dégénérés" sont persécutés, arrêtés et assassinés. Certains en réchappent, d'autres fuient tandis que d'autres encore continuer à travailler, isolés et en secret pour résister à l'abomination du régime. A la fin de la guerre, la ville est en ruine...

C'est la naissance du mouvement abstrait, qui s'enracine avec la montée de la Guerre Froide et l'opposition du bloc Est/Ouest. L'abstraction devient alors le language de la liberté pour les peintres et photographes qui s'amusent de nouvelles techniques, notamment le collage qui fait toujours un tabac ici. L'art se fait plus critique à l'encontre de la politique d'une société divisée en deux par le Mur de la honte, qui ne tombera qu'en 1989. L'histoire ne s'arrête pas là et la Berlinische Galerie continue de mettre à l'honneur des artistes actuels et contemporain à travers des installations, sculptures et autres films documentaires que je vous invite chaleureusement à aller découvrir si vous en avez l'occasion !

- Retrouvez moi sur -