Lâcher Prise ou l'Art d'être Heureux


Photo : Benoît Tourrier 

1) Puisque rien ne dure : C'est sans doute très difficile à accepter et pourtant, j'ai l'impression que c'est à la base de tout. Après tout, on vit pour mourir et on n'aura beau lutter autant qu'on peut, c'est inévitable. L'essentiel entre temps, c'est de faire de cette vie le plus voyage possible sans oublier que rien n'est éternel. Sinon peut être le souvenir de l'amour et des jolies choses que l'on garde enfouie au fond de nous et que l'on rejoue avec plaisir dans nos têtes, les soirs empreints de mélancolie. Tout a une durée de vie et l'on ne peut rien posséder à jamais, surtout pas quelqu'un. Il faut accepter que les gens entrent dans nos vies pour en sortir, et avoir assez confiance en la vie pour savoir que chaque fin est un nouveau début, chaque mort une renaissance. Souvent quand on perd quelqu'un, et pour peu que l'on prenne la peine d'en tirer les bonnes leçons, la vie met une autre personne sur une notre route pour continuer de cheminer à nos côtés. Encore faut-il le vouloir... 

2) Accepter ce qui ne peut-être changé : Avant, j'avais tendance à vouloir toujours tout contrôler, même et surtout ce qui ne pouvait pas l'être. Ce qui me mettait dans une rage folle quand, par exemple, la météo venait chambouler mon planning de l'après-midi ou quand un accident voyageur me mettait en retard le matin dans le métro. Puis j'ai appris à accepter que je ne peux rien contre certaines choses. Il y en a qui valent la peine de se battre et dans celles-ci, je mets toute mon énergie. Pour les autres, en revanche. J'ai arrêté de vouloir tout planifier à l'avance, de me faire des plans sur la comète et d'être déçue, énervée, en colère parce que tout ne se passait pas comme je l'avais prévu. Désormais j'essaie plutôt d'avoir confiance en l'univers et me dire que si telle chose se passe ainsi, c'est sans doute pour le mieux, même si je dois le comprendre plus tard. Souvent, c'est le destin qui fait que certaines choses se produisent pour nous amener à d'autres sans même que l'on comprenne pourquoi. Mais si l'on fait confiance au timing dans la vie, à la fin, tout fait sens. 

3) Cultiver le positif : C'est difficile mais il faut se débarrasser de ce ou ceux qui nous rendent malheureux dans la vie. Non pas que certaines personnes soient mauvaises dans le fond - encore que - mais plutôt que certains sont bons pour nous à un moment donné de notre vie mais que, une fois passé cet instant T, ils ne le sont plus. L'essentiel c'est de déterminer ce qui nous rend heureux, ce qui nous fait du bien, ce qui nous apaise et cultiver les émotions positives. Il faut que les autres vous aident avancer, vous fassent rire et sourire, qu'au fond de vous ayez envie de les voir, non pour tuer le temps, mais au contraire pour le vivre pleinement. Quand aux autres, les toxiques, prenez de la hauteur voir de la distance, parce qu'ils risquent de vous empêcher de vous réaliser. Et n'oubliez jamais que si vous ne voulez pas voir les choses en face, la vie se chargera de vous mettre devant le fait accompli d'une manière bien plus cruelle. N'attendez pas qu'il soit trop tard pour réagir. Personne n'a le droit de vous faire du mal, sauf si vous les laissez vous en faire.  

4) Aimer les gens pour ce qu'ils sont : et non pas ce que vous aimeriez qu'ils soient. On se laisse souvent aveugler par nos sentiments alors que dans le fond, on sait très bien comment fonctionnent les gens. Seulement on décide de fermer les yeux, sans doute parce que ça nous arrange bien à un moment donné. Et puis, vient le jour de trop, celui de la goutte d'eau qui fait déborder le vase. Et ça finit dans la déception et les reproches parce que l'autre ne correspond plus à vos attentes. Alors qu'en vérité, il n'y a peut être jamais correspondu. On demande souvent aux autres de faire des efforts, de faire des compromis alors qu'en vérité : on ne peut pas boire dans un puit qui n'a pas d'eau. Pourquoi toujours attendre des autres qu'il fasse pour vous des choses dont ils ne sont pas capable ? C'est cruel et inutile de s'acharner à demander à quelqu'un d'être quelqu'un qu'il n'est pas. On ferait mieux d'aimer les autres comme ils sont, avec leurs défauts et leurs qualités, sans chercher à leur reprocher après ce que l'on aimait avant chez eux. Car personne ne change personne, on peut grandir et évoluer seulement si on le décide personnellement. Et puis, finalement, pourquoi vouloir changer quelqu'un que l'on dit aimer ? Est-ce qu'il ne vaudrait pas mieux l'aimer pour ce qu'il est ou, à défaut, changer d'être aimé pour quelqu'un que l'on aime tel qu'il est, et qu'on ne changerait pour rien au monde.

5) Suivre son coeur : plutôt que d'écouter ce que disent les autres. Car il n'y a qu'au fond de soi que l'on sait vraiment ce qui est bon pour nous, et ce qui l'est pour nous ne l'est pas forcément pour les autres, et vice-versa. C'est une chance de ne pas être comme tout le monde, et de vouloir emprunter des chemins d'épanouissement hors des sentiers balisés. La vie est trop courte pour se forcer à faire ce qui nous rend pas heureux, alors oui, parfois il faut se forcer un peu mais l'essentiel c'est d'être en accord avec soi-même et avec ses choix. Et pour ça, il n'y a pas meilleure boussole que le coeur. Il faut écouter et suivre son intention, être réceptif aux signes de l'univers qui vous guident dans la vie et vous aident à trouver votre place. On en a tous une, encore faut-il la chercher et ne pas s'enliser dans un quotidien qui nous tue à petit feu. Car comme l'écrit Paulo Coelho : si vous pensez que l'aventure est dangereuse, essayez la routine, elle est mortelle.

- Retrouvez moi sur -