Une journée au musée... Auguste Rodin !


La nuit est vide pour l'éternité. L'enfer même à un goût de cendre. Depuis qu'il n'est plus là.



J'ai le coeur à la torture, mais je suis au-delà. Mon âme est triste à mourir.



La souffrance amère et dure. La souffrance qui vous tord le coeur. Elle frappe le mur, de ses mains soeurs, elle crie le nom au miroirs, comme s'ils allaient lui donner l'être aimé, la lumière qu'elle attend, la lutte qu'elle veut reprendre. Lassitude et surtout, refus, quand il faut qu'elle s'avoue vaincue, et pourtant elle sait déjà qu'aux yeux du monde elle sera sans fin l'écho triste de l'être aimé... 



L'artiste est le contemporain de toute sa vie. Les événements dont il n'a pas le souvenir, il en a le pressentiment.



L'éternité dans un baiser. 



- Retrouvez moi sur -