Quand l'alcool nous transforme... 10 personnages que vous incarnez en soirée!


1) Casimir : l’alcool développe chez vous des capacités de socialisation extrême, soudain tout le monde est beau et gentil, vous vous sentez l’âme d’un Bisounours et le besoin de câliner tout ce qui se passe (y compris le chien empaillé du voisin). Vous engagez la conversation avec le premier venu et vous enlacez chaleureusement tout ce qui a une potentielle forme humaine : veillez quand même à ne pas faire du porte manteau votre nouvel meilleur ami.  



2) Britney Spears : petite vous vous entrainiez dans votre chambre, brosse à cheveux dans les mains et iPod sur les oreilles. Vous tapiez sur les nerfs de vos parents qui ne supportez plus de vous voir gesticuler partout comme une pop star de bas étage. Le problème avec l’alcool c’est qu’il fait ressortir en vous ce rêve raté. Une fois alcoolisée vous avez donc une méchante tendance à chanter un peu trop fort (un peu trop faux aussi) et à danser partout comme une possédée. Et pour parfaire la ressemblance avec votre idole de toujours, vous finissez souvent sur les tables des bars que vous fréquentez, devant une foule morte de rire en délire.



3) L’homme invisible : après trois verres vous êtes absents de toutes les photos de soirées et les gens passent leur temps à vous chercher (inquiets ou non). Vous êtes capables de disparaître pendant plusieurs minutes (voir de longues heures) sans même savoir ce que vous avez fait pendant ce terrible laps de temps. Mieux que la cape d’invisibilité d’Harry Potter, l’alcool à cette capacité formidable de vous faire passer d’un endroit à l’autre en un temps record. En soirée, vous êtes toujours partout et nul part à la fois : le seul qui ne disparaît pas en même temps que vous c’est le verre (toujours plein) qui ne quitte jamais votre main. 



4) Hugh Hefner : charmeur invétéré et dragueur absolu, vous êtes persuadé d’être un Dom Juan des temps modernes une fois votre seuil d’alcoolémie dépassé. Certain de vos charmes et de votre capacité de séduction, vous entreprenez de faire succomber toutes les filles de la soirée. Serial loveur de compétition vous enchaînez les regards langoureux (que vous croyez) et les poses lascives, le tout entrecoupé de codes dragues bien clichés. Le problème c’est que ce genre de comportement ne marche que dans les films (et encore). Au mieux vous passez pour un débile, au pire vous risquez de finir avec une défigurée désespérée et/ou une lobotomisée trop alcoolisée. 



5) Superman : petit votre plus grosse déception à été d’apprendre que jamais vous ne pourriez voler dans les airs (à priori). Le ciel est réservé aux avions et aux petits oiseaux, et même si vous avez essayé très fort de battre des bras pour vous envoler vous n’avez jamais réussi à décoller. Mais ça, c’était avant de découvrir que la vodka/red bull pouvait vous donner des ailes à vous aussi. Depuis, vous êtes persuadé que rien ne peut vous arriver. Vous êtes prêts à sauter par la fenêtre ou de n’importe quel rebord en hauteur pour vous prouver que vous pouvez le faire. 



6) Hulk : le syndrome du Superman, version gros bras. Une petite dose d’alcool suffit à doper vos instincts de mâle dominant et à les faire éclater au grand jour. Persuadé que les autres ne font pas le poids, vous avez une fâcheuse tendance à déclencher des duels à tout va (quitte à vous retrouver gisant sur le bitume en fin de parcours), ou cogner dans des murs sans (véritables) raisons. Dopé par cette explosion de testostérone, votre cerveau lui même vous encourage dans cette (mauvaise) direction et vous vous auto-challengez pour pousser plus loin vos prétendus capacités. Résultat : les bleus de lendemains de soirées sont vos meilleurs amis. Gare tout de même à ne pas finir au poste de police pour dégradation de la voie publique et/ou mise en danger de la vie d’autrui. 



7) Bernard Henry Lévy : intellectuel refoulé ou savant marginal, peu importe. Calme et posé, vous pourriez presque paraître sobre si vous ne teniez pas des discours incohérents après quatre verre de vins. Soudain, vous êtes très intéressée par la situation humanitaire au Mali et les enfants défavorisées de l’Afrique subsaharienne. Vous soliloquez sur l’infinité de l’âme et l’intangibilité du sentiment amoureux. Vous tombez dans le romantisme ou le cynisme, voir dans le scientisme quand vous commencez à mélanger un peu trop les alcools. Bref, vous êtes drôle à écouter mais plus très crédible après, devant vos collègues de boulot. 



8) Ussain Bolt : particulièrement vrai pour les filles qui même perchée sur douze centimètres de talons sont capables de tracer un cent mètres en huit secondes pour : éviter un lourdeau de la drague et/ou rattraper son ex avant qu’il ne se fasse la malle avec une connasse (ladite connasse étant vraisemblablement toute fille de la soirée autre que vous) et/ou atteindre les toilettes les plus proches avant qu’il ne soit trop tard.  
 


9) Michael Schumarrer : parce que l’alcool vous fait vous sentir surpuissant et en pleine maîtrise de vos capacités alors que pas du tout. Votre petite smart citadine se transforme très vite en voiture de Formule 1 (ou votre vespa 50cc en Hayabuza tunée pour circuit) et vous enchainez les figures et les déparages (in)contrôlés. La dernière fois, vous avez même réussi à rentrer votre scooter en conduisant avec les pieds. Pas chiant en cours de soirée, quand arrive la fin vous êtes par contre persuadés de pouvoir ramener tout le monde (en vie), et ce à une vitesse inégalable. Si vous ne pensez pas mettre votre existence en péril, rappelez vous quand même que vous risquez celle des autres.



10) Gargantua : parce que l’alcool ça hydrate certes, mais ça ne nourrit pas et qu’arrive toujours le moment de la soirée où vous mourrez littéralement de faim. A partir de ce moment-là vous rêvez d’avaler tout et surtout n’importe quoi. Vous fantasmez sur des champignons de paris/mayonnaise ou une pizza aux quatre fromages à cinq heures du matin. Pour peu, vous seriez même pas capable d’avaler un steak entier et cru. Pas méchante à la base, vous pouvez vite devenir agressive si on ne vous nourrit pas rapidement et quiconque passe à portée de votre main en possession de denrée nutritive se voit exposer à un partage forcé de sa pitance. 

  

  

  

  

  

  

  

- Follow Me -