Ma Vie à Paris #1



Paris, la ville lumière. Paris, la ville des amoureux. Paris et la Tour Eiffel, l'Arc de Triomphe ou le Jardin des Tuileries. Mais pas que. Paris au quotidien, c'est aussi quelques préceptes qu'on apprend rapidement sur le terrain.

1) Ton temps toujours tu perdras : à Paris pour le moindre déplacement il faut compter 15 minutes minimum. A pied ou en métro, on perds toujours un temps fou. J'ai calculé rien qu'avec mes trajets quotidiens par mois je perds 24h. Sur deux mois j'aurai donc passé 48h enfermée. Sous terre. Dans une rame de métro. Fuck My Life. Mais c'est le lot quotidien de tout parisien de toujours attendre : attendre que le métro arrive, attendre que la RATP rétablisse la ligne, attendre que les autres sortent de la rame. Et même hors du métro, le parisien doit savoir être patient. Le parisien fait la queue pour avoir son café le matin, le parisien patiente pour déjeuner le midi ou bien il fait la queue dans les grands magasins. Bref, à Paris on perds un temps précieux.

2) Un nouveau langage tu découvriras : petite provinciale que je suis je découvre chaque jour une nouvelle expression. A Paris on écrit des articles "chanmé" ou on porte une nouvelle jupe trop "fraiche". A Paris on ne prends pas de pause déjeuner à midi, on va "dej" avec sa copine. Par exemple : "je peux pas, j'ai un dej avec Marie Rose la dir com de chez Chanel". Ce langage un petit peu "chemo"  s'entretient aussi d'acronymes purement professionnels du type : RTS = Ready To Shoot.  Bref, à Paris on ne parle pas français ; on parle parisien.

3) Le soleil tu oublieras : après 21 années sous le soleil - de St Tropez en passant par Cannes, mais aussi les Antilles et pour finir Montpellier, on peut dire que je suis une vraie sudiste. Comme une vraie plante verte, j'ai besoin de ma dose quotidienne de soleil pour pousser gentiment - comprenez ici pour m'épanouir. A Paris, le temps est aussi capricieux que variable. Véritable soupe au lait, la météo est ingrate avec nous. Le matin il pleut, l'après midi il ne pleut plus. Le soir c'est à nouveau le déluge. Ce qui est stable : la couleur du ciel, toujours aussi grise que les effluves de pollution qui s'échappent des véhicules motorisés qui hantent la capitale. Bref, à Paris le soleil est probablement une des seules choses qui ne s'achète pas.

4) Avec les souris tu cohabiteras : imaginez-vous tranquillement panier au bras ou poussant le cadis de votre supermarché dans les allées des rayons quand soudain à vos pieds surgit l'inattendue petite souris qui traverse gaiement le magasin d'un bout à l'autre. Cela fait trois fois en une semaine que cela m'arrive. Je n'ai croisé aucun rat dans le métro, par contre elles ont élus domicile dans les allés des supermarchés que je fréquente. Même sur les Champs Elysées, elles sont bien présentes. Bref, à Paris la souris est un animal domestique qui fait ses courses aux mêmes heures et lieux que nous.

5) Serrer ta droite, toujours tu devras : en montant les escaliers, en empruntant un escalator ou dans les couloirs du métro, toujours, toujours bien serrer sa droite si l'on ne veut pas se faire déboiter l'épaule par un forcené pressé. A Montpellier, tout le monde se met un peu où il veut pour avancer, surtout n'importe où et ce sont les autres qui doivent se déplacer en fonction. Mais l'exception montpelliéraine est un principe parisien : ici on doit toujours se place à droite pour laisser les autres (pressés) passés. Pire encore, ce principe est rapidement devenu un automatisme. Avant je zigzaguais entre les gens disséminés sur mon chemin, aujourd'hui, comme tout le monde, je râle quand un nouveau venu n'a pas compris le truc et stationne sur ma voie de gauche. Bref, à Paris il y a des codes à apprendre pour survivre et certains s'imposent plus vite que d'autres.

- Follow Me -