Featured Slider


Fondée au début des années 2000 après une restrospective des photographes de l'Agence Magnum, la maison de la photo de Berlin - C/O Berlin - met toute l'année en lumière le travail de différents artistes internationaux. Depuis trois ans, la fondation a pris quartier dans la Amerika Haus de Charlottenburg et présente avec soin, chaque mois, plusieurs expositions changeantes dans les 2200 m2 qui composent l'établissement.

Conférences, ateliers, séminaire et autres visites guidées y sont régulièrement organisés. Actuellement, vous pouvez aller y admirer le travail du photographe originaire de Prague, Joseph Koudelka, décliné en trois partie. La première, intitulée Invasion, met en lumière la résistance de ses compatriotes contre la Red Army qui cherchait à exterminer par tous les moyens la ferveur démocratique du Printemps de Prague. Vint ensuite Exiles, qui retrace son parcours en tant que photographe pour l'Agence Magnum à travers l'Europe, et enfin Walls, une bouleversante série qui dénonce le mur construit par Israël pour se protéger des attaques terroristes de la Palestine.

Le C/O Berlin, accueille tous les jours le grand public entre 11h et 20h en face du Zoologischer Garten, propose aussi en ce moment un aperçu de l'oeuvre multi-facettes de l'artiste allemand Hans Hansen, sur lequel je n'épiloguerais point, son travail ne m'ayant guère fasciné. Enfin, vous pouvez aussi venir découvrir le travail de quatre autres artistes - Lucas Blalock, Annette Kelm, Antje Peters et Oskar Schmidt - qui présentent leur vision personnelle de la photographie contemporaine avec différents arrangements artistiques autour des objets du quotidien, depuis la boîte de pizza aux bouteilles de shampoing sans oublier la fameuse tasse de café Starbucks.

Un lieu authentique et culturel qui devrait faire votre bonheur, si tant est que vous soyez amateur de photographie contemporaine, bien sûr !

- Retrouvez moi sur -















Exil, Guerre et Mur... L'émouvante Expo du C/O Berlin



J'avais lu et entendu beaucoup de choses au sujet de Teufelsberf, aka la Montagne du Diable, avant de m'y rendre, notamment qu'elle était difficile d'accès et pratiquement invisitable, à moins de s'y faufiler en douce. C'était peut-être vrai il y a cinq ans, mais ça ne l'est plus aujourd'hui même s'il faut effectivement s'armer de patience pour la retrouver au milieu de l'immense forêt de Grunewald !

On aura marché pas moins de dix kilomètres, nous perdant complètement dans les bois, avant de retrouver notre chemin grâce à un vieux marcheur qui nous a indiqué la route - et qui nous a flanqué une bonne trouille en nous suivant à une vitesse folle - pour finalement nous mener à bon port. Mais l'exploration fait partie du jeu, qui je vous l'assure en vaut la chandelle.

Une fois parvenue tout en haut de la colline, artificiellement érigée par les alliés après la seconde guerre mondiale avec les gravats de Berlin, on a enfin pu partir à la découverte de l'ancienne station d'espionnage destinée à écouter les signaux en provenance du bloc de l'Est, en particulier la RDA et l'URSS. Bon, j'en reste là pour la petite histoire car ce qu'il y a de vraiment passionnant c'est la visite de l'ancien observatoire, devenu une oeuvre d'art à lui tout seul

A l'intérieur se succède des graffs tous plus beaux les uns que les autres, c'est le paradis du street-art typiquement berlinois. Au pied de la tour, un petit bar avec des sièges en palette, au sous-sol un genre de mini-musée qui remet brièvement les choses dans leur contexte. Puis vient le moment de l'ascension, d'abord dans les étages du bâtiment qui regorge ça et là d'un beau bazar : balançoire, corde, canapé et autres télés abandonnées au milieu des dessins d'artistes. Autant dire que nous sommes émerveillées ! 

Je ne vous parle pas de la vue une fois passé un étroit escalier plongé dans le noir complet. La colline mesure à elle seule 120 mètres de haut et le pic de la tour d'observation est le plus haut point de Berlin. Le panorama y est donc à couper le souffle ! A l'intérieur de la plus haute coupole, l'ambiance est mystique, chacun de nos mots se transforme en un écho voilé qui résonne à l'infini. Il paraît même qu'ils y organisent des Jam Session et des séances de cinéma en plein-air certains mercredi soir. Je ne peux que vous conseiller d'aller y faire un saut :)

- Retrouvez moi sur -
Facebook l Twitter l Instagram



 



 



 



 



 



 






 



 






Berlin : Teufelsberg, la Montagne du Diable